Harraga

Pense à ta maman !

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Désespoir, espoir, désespoir

Envoyer Imprimer PDF

 

Que le désespoir est grand, pour en arriver là.
Il ne reste que partir, vers l'Europe où, dit-on, il pleut des euros et à l'automne les feuilles qui tombent des arbres sont des billets.
Cette illusion est entretenue par les émigrés qui chaque année, rentrent au pays, la voiture chargée comme une mule de mille choses achetées souvent plus cher qu'en Tunisie, au prix d'une vie de privation tout le reste de l'année. Mais il faut sauver l'honneur, la fierté.
Et ça marche, malheureusement.
Les plus rusés ont acheté la voiture juste avant de partir et vont la revendre en Tunisie, cela leur paye le voyage.
Mais ne croyez pas ce que vous voyez, c'est une illusion.

Qu'est-ce qui attend les émigrés clandestins à leur arrivée en Europe?
Le chômage. L'Europe est dans le chômage, même l'Allemagne connaît ce qu'elle appelle "les emplois pauvres".
Aujourd'hui en France, un jeune ingénieur met des années à trouver un job à 1700 euros par mois. Alors quand on n'a pas de diplôme, pas de compétence professionnelle, quand on parle mal la langue ou pas du tout, il ne reste que les emplois précaires dans l'hôtellerie, l'agriculture ou le bâtiment.
Voyez, dans les hôtels des grands groupes, ces femmes, souvent originaires d'Afrique noire, qui font le ménage de 5h à 7h du matin. Elles n'osent même pas répondre à un "Bonjour!" car on leur a dit se taire si elles veulent toucher le quart de smic qui va leur permettre de rejoindre les autres, à 6 ou 8 dans une chambre d'hôtel louée par un hôtelier qui se dit généreux.
Vous avez dit esclaves?

Car pas de papiers, il faudra se cacher. Ne plus revenir au pays.
Accepter de travailler au noir, sans feuille de paie, sans couverture médicale, sans prétendre à un logement car il faut des papiers pour tout cela.
Dormir dans des squats, des sous caves de marchands de sommeil. Ou sous les ponts, dans le froid, l'insalubrité, la peur soudée au ventre de se faire ramasser par la police. Et encore c'est le moindre mal : la police va placer la personne dans un foyer en attendant de lui "offrir" son retour au pays.

Certains ont déjà un frère , des cousins en France, avec des papiers. Ceux là ont de la chance : ils vont travailler ensemble, dans le petit commerce familial, et s'ils ne se font pas remarquer, tout se passera bien. Il n'en reste pas moins que la maladie reste un risque, et que le retour au pays n'est plus possible.
Je connais des gens dans cette situation.

De temps en temps un miracle se produit : une histoire d'amour par exemple, il rencontre une Française qui tombe amoureuse. Elle l'héberge en prenant d'énormes risques de prison et d'amende pour elle-même, elle connaît un maire sympathique qui va les marier, et c'est le bonheur : l'amour et les papiers. Je connais un couple comme ça.
Mais combien s'en sortent de cette façon?

Je ne parle même pas des filles jeunes, qui ont toutes les chances, sans passeport ni ressources, de tomber sur un gentil Français qui va vite les mettre sur le trottoir. A moins qu'encore une fois l'amour n'arrange la situation. Cela s'appelle un miracle.

Il faut dire tout cela. Ne pas casser le rêve, non, mais chasser les illusions.
Car ce qui attend l'immense majorité de ces sacrifiés, après le désespoir puis l'espoir, c'est le désespoir.
Ma femme Tunisienne voulait prendre "le bateau des travailleurs", lorsque je l'ai connue. Elle me l'a dit un jour... J'en ai pleuré.

Les seules voies d'immigration vers l'Europe sont le visa de conjoint, le visa d'études, ou le visa travail. A condition d'avoir trouvé le travail AVANT de demander le visa, car il faut le contrat de travail.
J'ai promis de faire venir en France mon meilleur ami, Tunisien. Il va venir en vacances. Il va chercher du travail, il a une compétence et parle parfaitement le français. S'il trouve, il demandera le visa. En principe on n'a même pas le droit de faire cela, car le visa de tourisme ne donne pas le droit de travailler ni de chercher un travail.

Lecteur, comprends bien tout cela, et dis le autour de toi...
 

Qui est en ligne ?