Harraga

Pense à ta maman !

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Médecins du monde : «Les parcours migratoires sont de plus en plus dangereux»

Envoyer Imprimer PDF

Le drame. 46 Subsahariens morts de soif dans le désert algérien, alors qu’ils tentaient une traversée vers le Nord. Ils sont originaires du Niger (lire notre édition d’hier). Ce tragique événement remet sur la scène la problématique de l’immigration, de la prise en charge des migrants et notamment de la coopération entre l’Algérie et ses voisins de la bande sahélo-sahélienne.

S’échappant d’une dure vie, pour espérer un avenir meilleur, le drame des Subsahariens, trouvés morts dans le désert algérien, n’a pas laissé indifférentes les associations qui luttent dans la défense des droits des migrants. «La mort des Nigériens dans le désert entre le Niger et l’Algérie est un véritable drame humain», indique Charlotte de Bussy, coordinatrice générale de Médecins du monde France, en mission en Algérie.  Cette tragédie traduit, pour Mme Debussy, les difficultés que rencontrent les migrants au cours de leur traversée : «Les parcours migratoires sont de plus en plus dangereux, et les drames vécus par les migrants sont malheureusement nombreux, tout au long du parcours migratoire, notamment au moment de la traversée du désert ou de la Méditerranée.»

L’ONG multipliera ses efforts pour aider et soigner des migrants. «L’arrivée nouvelle de Nigériens en très grande précarité nous incite à poursuivre nos efforts, avec nos partenaires institutionnels et associatifs, pour améliorer leurs conditions sanitaires et leur faciliter l’accès aux soins», affirme Charlotte Debussy.

Elle rappelle que «Médecins du monde France intervient en Algérie pour faciliter l’accès aux soins des Subsahariens les plus vulnérables».
Médecins du monde accompagne, depuis quelques années, des migrants subsahariens résidant dans diverses villes du territoire national. «Ces personnes arrivent en Algérie affaiblies par toutes les difficultés rencontrées au cours de leur parcours migratoire. Nous les informons de leur droit à accéder aux soins en Algérie et nous les orientons et les accompagnons vers les établissements de santé publics», explique la coordinatrice de l’ONG.

Des dizaines de candidats à l’immigration clandestine ont disparu dans le désert entre le Niger et l’Algérie, a déclaré hier un député cité par l’AFP. «Des personnes, des Africains, se sont perdues dans le désert et les services de sécurité des deux pays, l’Algérie et le Niger, sont à leur recherche», a déclaré Mohamed Guemama, député FLN de la wilaya de Tamanrasset (2000 km au sud d’Alger), où les recherches sont en cours. Les chances de les retrouver vivantes dans ce désert, connu pour ses conditions climatiques extrêmes, s’amoindrissent heure après heure.

Des dizaines de milliers de réfugiés venus du Mali et du Nigeria ont afflué au Niger ces derniers mois, aggravant l’insécurité alimentaire dans laquelle des millions de Nigériens sont déjà plongés. Début avril, l’ONU avait dénoncé la «faible» mobilisation internationale pour le Niger.

 

Qui est en ligne ?